Le diacétyle : Nouvelle campagne de désinformation visant la vape.

Cette semaine, une nouvelle étude américaine largement relayée par la presse a fait trembler (ou plutôt frissonner) le monde de la vape. La cause? Une nouvelle campagne de désinformation concernant des éléments bien connus des vapers: le diacétyle et l’acétyle propionyle.

Rappel des fait:

Une étude de l’université de Harvard révélée dans le journal scientifique américain « Environmental Health Perspectives » divulgue des résultats concernant la présence d’acétyle propionyle et de diacétyle dans 51 e-liquides testés. Lesquels? L’enquête ne le dit pas. On sait juste qu’il s’agit de e-liquides américains contenant des arômes.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que la presse s’empare du sujet et nous sorte des gros titres tel que « la e-cigarette est toxique ». Après tout, tous les moyens sont bons pour faire du buzz et vendre du papier. HEUREUSEMENT que la presse est là pour nous rappeler que le diacétyle, c’est dangereux (sans blague?).

Pour information, Messieurs/dames les journalistes, vous avez presque 3 ans de retard !!!

Car l’acétyle propionyle et le diacètyle sont bels et bien de l’histoire ancienne pour les fabricants français de e-liquides. Que vous vouliez pointer du doigt nos amis outre atlantique, soit. Mais avant de mettre tous les fabricants dans le même panier, sachez que la France n’est pas les USA; les fabricants français ont l’obligation de se plier à la réglementation CEE 1334-2008, qui fixe des normes très strictes pour éradiquer les substances pouvant porter atteinte à la santé du consommateur. Ce n’est également pas un hasard si les professionnels de la vape ont rejoint massivement le comité des normes volontaires de l’AFNOR .

Enfin, comme le rappelle le Dr Konstantinos Farsalinos, il serait judicieux d’approprier le discours journalistique aux faits réels. Oui des traces de diacétyle, et d’acétyle propionyle ont été retrouvées dans des e-liquides américains aromatisés mais dans des proportions extrêmement faibles si l’on compare ces données à celles retrouvées dans les cigarettes classiques  (10 fois inférieur pour le diacétyle et 100 fois pour l’acétyle propionyle). Il est également bon de rappeller que les e-liquides américains représentent une minorité des e-liquides disponibles sur le marché français de la vape, bien loin derrière les e-liquides made in France tous garanties sans diacétyles.

Il est primordial de ne pas inverser les rôles, et surtout de ne pas se tromper de cible. FUMER TUE. Même si la vape n’a pas encore pu, faute de temps, prouver sa totale inoffencivité, elle est amenée à évoluer et s’adapter. Elle n’en reste aujourd’hui pas moins le remède le plus efficace pour stopper, ou du moins réduire drastiquement, la consommation de tabac.

 

 

Non classé

Comments are closed.